Éditorial d'OPALEBD.COM

Interview de Jean-Claude BAUER
« …Comme tout artiste, que ce soit dessinateur ou pianiste,
on fait ses gammes tous les jours... »

Joël : Bonjour Jean Claude Bauer, tu es quelqu'un d'un peu nouveau dans la région Choletaise, pourrais-tu nous raconter ton parcours ? Comment as-tu débuté dans la Bande Dessinée ?

JCB : Alors.. Je viens du Nord de la France et, si je suis dans la région Ouest aujourd'hui, c'est à la suite du parcours professionnel de mon épouse. Je dessine, depuis, paraît-il, l'âge de trois ans, enfin j'essaie (rires...), ce qui fait un certain temps que je travaille.

Comme tout artiste, que ce soit dessinateur ou pianiste, on fait ses gammes tous les jours, il ne se passe donc pas une journée sans que je prenne mon stylo. Sur mon parcours, j'ai fait une année à l'école régionale des beaux arts de Douai et quatre années aux beaux arts de Lille.

Joël : Quelles ont été tes influences ? Y a t'il un dessinateur, une rencontre qui t'a impacté plus que les autres ?

JCB : Ooh, oui, il y en a beaucoup qui m'ont impressionnés, au premier rang desquels (ce n'était pas vraiment un dessinateur) on retrouve Walt Disney. Comme beaucoup de professionnels de ma génération, nous étions tous influencés par Mickey et son univers. Mais il y a eu également les auteurs de toute la période du journal Pilote où il y avait pléthore d'artistes de renoms comme Goscinny, entre autres. Dans le style réaliste, il y avait Giraud et pour l'humoristique, il y avait Marcel Gotlib.

Joël : Et tous ces gens là... Tu les as rencontré ?

JCB : Walt Disney, jamais !! (Rires...) Goscinny, je l'ai croisé et en ce qui concerne Marcel Gotlib, nous nous sommes cotoyés puisqu'il est à l'origine d'une de mes publications dans le journal  « Fluide Glacial » (c'est la seule fois d'ailleurs où j'ai été publié dans celui-ci). C'était une pastiche de western spaghetti qui s'appelait  «  Riwoir & Carret ». Marcel Gotlib avait accepté ce projet qu'il trouvait pourtant follement amusant, et pour lequel il me reprochait pourtant gentiment de faire trop de jeux de mots. De sa part, c'était presque un compliment, lui qui en était pourtant un spécialiste (rires)

Ensuite, j'ai commencé à travailler pour le journal « Vaillant » (ou Pif Gadget, si tu préféres). J'y suis resté à peu près deux années, lesquelles m'ont mises le pied à l'étrier. J'y ai rencontré Jean César, le créateur de Arthur le Fantôme, entre autres. Là bas,  j'y ai dessiné Pif, Léo le léopard et plusieurs autres personnages du journal. C'était un peu un passage obligé de savoir les reproduire.

Joël : Et donc, après échange avec toutes ces personnes, y'a t'il une technique que tu affectionnes le plus ? La graphite, l'aquarelle ?

JCB : A l'époque, la palette graphique n'existait pas, nous étions donc dans la méthode la plus traditionnelle qui soit, à savoir la plume, le pinceau et l'encre de chine. Nous travaillions donc de cette manière.

Joël : Comment un dessinateur en arrive t'il à dessiner la biographie de Johnny Hallyday ?

JCB :C'était un concours de circonstances, je vais donc partir de plus loin. Après l'épisode PIF, j'ai intégré une entreprise qui traitait des risques professionnels, en  tant  qu' « illustrateur  maison » et ce,  pendant 25 ans. Cette entreprise comptait plusieurs services : presse, édition, etc... où je pouvais pratiquer allègrement mon art. Cela me permit d'avoir une stabilité financière pendant 25 ans. Parallèlement, je continuais à faire de temps en temps de petites illustrations pour la jeunesse, afin de « garder la main ». En 1987, on m'a sollicité pour devenir chroniqueur judiciaire sur France 2 et j'ai fait cela pendant 10 années.
En 2000, ce fût l'année charnière pour moi : j'ai tout lâché de ce que je faisais pour m'installer en tant que dessinateur indépendant, pour réintégrer pleinement l'univers de la bande dessinée. Toutefois, le temps ayant passé, se refaire une place dans ce milieu saturé fût compliqué, les techniques et l'environnement ayant évolués. C'est à cette période là que, avec la plateforme de financement participatif Sandawe, j'ai pû réaliser l'album « SPYWARE » en compagnie de Didier Quella Guyot au Scénario. Cela prît un certain temps et c'est entre le tome 1 & 2 que François Dimberton, que je connaissais déjà, est venu me proposer la biographie de Johnny Hallyday.

Il avait fait une de ses spécialités de ce type d'ouvrages puisqu'il avait aussi réalisé la bio de Coluche et Serge Gainsbourg en tant que scénariste chez l'éditeur JUNGLE. C'était donc purement un travail de commande. On était venu me chercher pour cela.

Joël : Quelle à été ta réaction à sa mort ? Cela impactera t'il le comportement de tes lecteurs ?

JCB : J'ai été très touché, évidemment. Johnny a été mon compagnon de route virtuel pendant 2 années, le temps de préparation des 2 albums. J'écoutais sa musique au quotidien afin de me mettre en immersion dans son univers. J'ai donc eu l'impression de perdre quelqu'un que je connaissais, sans toutefois avoir eu l'occasion de le rencontrer en personne. Evidemment, je suis très triste de sa disparition.

Joël : Serait ce indiscret de te demander tes futurs projets ? Y aurait il un futur album en préparation ?

JCB : OUI !! (rires) Non, bien sûr, ce n'est pas indiscret, je plaisante... J'ai en ce moment deux projets en cours de préparation : Le premier est un polar avec François HARDY au scénario qui m'a été recommandé par Rodolphe, le célèbre scénariste. A ce stade, il est un peu prématuré d'en parler plus précisemment. Le second  projet est un art-book, dans lequel on trouvera des oeuvres publiées mais aussi des travaux qui n'ont jamais vu le jour. Cet album sera disponible sur le site d'Opale BD qui va l'éditer dans la collection "Ligne d'auteur", une collection regroupant plusieurs dessinateurs qui seront publiés pour fêter les 20 ans du site opalebd.

Note du Webmaster : On peut d'ailleurs déjà commandé l'ouvrage soit en participant à la campagne proposée sur le site des éditions Sandawe en cliquant ICI ou bien en téléchargeant directement le bon de commande auprès de l'association OPALE BD en cliquant ICI !

Joël LEROY
interview réalisée, pour Opale BD, le 20 décembre 2017
au domicile de Jean-Claude Bauer à Cholet




Prochainement

21ème Festival OPALE BD à COQUELLES (62)

24 et 25 Février

Collection
Ligne d'Auteur
 
Cliquez sur la couverture pour commander l'album
de Philippe LUGUY
Dedicaces
Information

Cliquez pour en savoir +

Affiches