Éditorial d'OPALEBD.COM

Interview de Sabrina DE BACKER
Galerie Octopus à Paris (
69 Rue Saint-Jacques, 75005 Paris)

« ...Mon principal objectif est de soutenir les auteurs... »

C'est dans les murs de la très belle galerie OCTOPUS que Sabrina de Backer, à l'origine du projet, à eu la gentillesse de répondre a quelques unes de nos questions.

Joël : Sabrina, Bonjour. Quel bel endroit que la galerie Octopus. Comment ce projet à t'il vu le jour ? Qu'est ce qui t'a amenée à développer ta galerie ? 

Sabrina : En fait, c'est presque une finalité, une évidence. J'ai commençée dans l'événementiel il y a 10 ans en créant le festival « L'ECRAN S'ECRIT», dans l'Isère. Celui-ci proposait des films d'adaptations autour de la Bande Dessinée. Par la suite, arrivée à Paris, je me suis  mise à travailler pour  l'association « L'oeil de JacK », au sein de laquelle nous organisions également des événements ,des rencontres.
Toutefois, au delà de l'organisation de festival, mon principal objectif à toujours été de soutenir les auteurs.

Joël : Quand tu étais à « l'Oeil de Jack », quelle était ta fonction précise ? Etais-tu plus administrative ou plus dirigée vers la recherche d'auteurs ?

Sabrina :  Oui, effectivement, j'étais déjà plus sur le repérage d'auteurs (rires). Toutefois, j'étais particulièrement active sur la recherche de partenaires et de financements. Ce qui ne m'empêchait pas de participer à l'organisation « terrain » de nos événements, comme la communication sur les vernissages d'expositions, par exemple.

Joël : Etait ce difficile techniquement, administrativement ? Cela te demandait il beaucoup d'énergie ?     

Sabrina : OUI,OUI, énormément !! Gérer une société, être « porteuse de projets », cela m'est toujours apparût compliqué, surtout quand on est une femme. Il faut être forte, solide, mais quelle belle récompense au final.

Joël : La Bande Dessinée serait donc un monde d'hommes ?

Sabrina : OUI, OUI, absolument !! (RIRES!!) Le système administratif français à toujours été compliqué, pour toute spécialité, ce n'est pas propre au monde de la culture.  Une des particularités de ce métier est que, chaque auteur est différent des autres, avec ses propre profil, sensibilité et personnalité.

Joël : Il faut donc faire un « cas par cas » pour chaque auteur ?

Sabrina : Oui, absolument !! On peut avoir un jeune artiste qui sort de l'école (comme  le très talentueux Thimothée Leman, par exemple) et qui à vraiment besoin qu'on lui mette « le pied à l'étrier », C'est une vraie préparation pour lui donner les bons boutons dans  son métier afin  d'appréhender son début de carrière. Et puis pour les plus aguerris, un suivi administratif par exemple.

Joël : Donc, en marge de la galerie, on pourrait dire que tu effectues un travail d'agent ?

Sabrina : On peut l'appeler comme cela, oui.

Joël : Comment recrute t'on les auteurs en exposition ? Répondent ils favorablement spontanément ?

Sabrina : Cela dépend de l 'auteur,encore une fois. Certains sont très enthousiastes, ce sont les plus faciles. D'autres avec lesquels il faut un peu plus les mettre en confiance,leur expliquer les choses. Au vu de leur parcours, mon travail  consiste essentiellement à les rassurer, cela nécéssite un gros travail relationnel. Je pense que tout ce qu'il faut, c'est être honnête avec eux,c'est tout.

Joël : Alors, pourquoi le choix de Arno et « l'Adoption » ?

Sabrina : Arno, c'est un gros,gros coup de cœur. J'ai adoré son graphisme. Sur mon parcours, j'ai approché  le monde du cinéma d'animation, et j'ai trouvé  que l'univers d'Arno s 'en approchait beaucoup avec ses attitudes ,ses expressions visuelles ,la petite Quinaya tellement attachante et le grand père tellement bourru. Cette histoire m' a beaucoup touchée, ce fût un régal d'émotions à sa lecture. Si on rajoute à cela la gentillesse d'Arno, comment résister ? ( rires)

Joël : Est il indiscret de te demander le nom de tes futurs exposés ?

Sabrina : Non,non, pas du tout. Le mois de Janvier est déjà programmé avec Matthieu Moreau et « La machine à remonter le temps ». Nous  préparons une surprise pour le mois de Mai avec la maison d'édition Ankama. Nous sommes à l'étude d'un projet sur l'oeuvre de  Etienne Leroux ( pas  uniquement 14/18...) et également Fédérico Ferniani pour  « La voie du sabre ». Voilà … ( sourires).

Joël : Et bien Sabrina, nous te remerçions beaucoup de nous avoir accordé cet excellent moment de passion BD, et te souhaitons beaucoup de succès et de réussite pour tes nombreux projets.

Joël Leroy
interview réalisée, pour Opale BD, le 01 décembre 2017 à la Galerie Octopus, 75005 Paris




Prochainement

Rencontres avec des dessinateurs BD à la FNAC d'AUBENAS

Les 22 et 23 décembre

Collection
Ligne d'Auteur
 
Cliquez sur la couverture pour commander l'album
de Philippe LUGUY
Dedicaces
Information

Cliquez pour en savoir +

Affiches

Denis BAJRAM
(en 2017)